Parabole du semeur version 2.0

Depuis quelques années, il existe un nouveau type de terre que Jésus ne mentionne pas dans sa fameuse parabole du semeur…

Podcast

Texte du podcast

Il y a quelques temps, j’ai regardé une vidéo qui parlait des effets de l’agriculture intensive. J’ai reposté cette vidéo sur mon blog et sa page Facebook et je vous encourage à la regarder

Les pesticides

Dans cette vidéo, nous voyons un ingénieur agronome qui explique que dans les années 50, aucun pesticide n’était utilisé, mais que désormais certains agriculteurs n’utilisent plus les pesticides pour augmenter leur production, mais pour avoir une production. Sans pesticide, dans leurs champs, il n’y aurait plus de récolte car tout mourrait. Certains de ces champs deviennent même complètement stériles !

Pourquoi ? Parce que les pesticides, année après année, tuent les sols. Ils tuent la vie qui se trouve dans le sol. Le résultat est que le sol devient de plus en plus compact et la plante ne peut plus y mettre ses racines. Les cultures sont malades et n’ont presque plus de défenses naturelles.

Ces récoltes ainsi que les pesticides se retrouvent ensuite dans nos assiettes. L’ingénieur voit un clair lien de cause à effet entre ces méthodes de culture et bien des maladies qui apparaissent dans la population.

L’homme et la terre

Un point intéressant est que Jésus nous compare aussi à de la terre dans la parabole du semeur, dans l’évangile de Matthieu au chapitre 13. Dans cette parabole, la graine est la parole de Dieu, la plante est notre vie spirituelle et la terre est notre cœur comme indiqué au verset 19.

Il me semble tout à fait à propos de considérer l’homme comme de la terre aussi bien sur le plan physique que spirituel.
Avant d’étudier le plan spirituel, en quoi est-ce que l’homme peut être vu comme de la terre sur le plan physique ?

Nous ne sommes jamais seuls. En nous vivent des milliards de bactéries. Elles sont même plus nombreuses que nos cellules. Ces bactéries forment ce qu’on appelle la flore intestinale ou le microbiote.

Parmi ces bactéries, il y en a de bonnes, mais aussi de mauvaises. Le rôle de ce microbiote est loin d’être pleinement compris, mais la recherche a beaucoup progressé dans ce domaine ces dernière années et a permis de mettre en évidence des liens entre ce microbiote et notre humeur et nos émotions, mais aussi notre santé. Les conséquences d’un microbiote pauvre et déséquilibré sont grandes : obésité, dépression, autisme, allergies, diabètes, etc. Plus la recherche avance dans ce domaine, plus la liste s’allonge.

Qu’est-ce qui appauvrit le microbiote ? Les facteurs principaux sont les suivants : le stress, l’alimentation, les métaux lourds et les produits chimiques comme les pesticides ou certains médicaments comme les antibiotiques ou les anti-inflammatoires.

En fait, l’homme joue au petit chimiste et fait son possible pour ne pas voir les effets dévastateurs que cela a.
Les produits chimiques détruisent l’homme de l’intérieur à petit feu, génération après génération, de même que les pesticides tuent la terre que nous cultivons année après année.

Un microbiote pauvre implique aussi une fragilité face aux infections car ce microbiote nous en protège. Les antibiotiques chimiques peuvent arrêter une infection, mais nous rendent ensuite plus susceptible à être infectés à nouveau. En fonction de la gravité de l’infection, il peut donc valoir le coup de tester les antibiotiques naturels au lieu des antibiotiques chimiques. Il est d’ailleurs conseillé de prendre des probiotiques en parallèle de la prise d’antibiotiques chimiques pour augmenter l’efficacité des antibiotiques, mais aussi pour aider le microbiote à se régénérer. Les probiotiques sont simplement les bactéries qui vont ensuite coloniser notre microbiote.
Il y a d’autres moyens d’enrichir notre microbiote et je vais y revenir dans un autre épisode.

La parabole du semeur

Revenons à la parabole du semeur. Jésus, aujourd’hui, aurait peut-être aussi parlé de la semence qui tombe dans la terre devenue stérile à cause des pesticides. La question que je me pose est : “Quelle signification Jésus aurait-Il donné à cela ?“. Les réalités physiques sont bien souvent des illustrations de réalités spirituelles, comme Jésus le démontre dans cette parabole.

Les pesticides sont certainement une bonne une illustration du monde dans lequel nous vivons. Un monde devenu athée qui vit de façon égoïste et stérile en cherchant à se divertir pour se donner un but dans la vie.

Peut-être que cela reflète sinon l’amour de l’argent de cette société qui nous pousse à consommer toujours plus et qui pousse les prix vers le bas en maltraitant la nature et en exploitant la misère du monde.

Ou bien alors l’orgueil de ce monde rebelle à Dieu qui renie son existence même et qui pense maîtriser son avenir grâce à la science.

Je pense surtout que cela signifierait la dureté de cœur. La manque de désir pour les choses spirituelles. Les cœurs sont bien souvent durs et stériles à la Parole de Dieu dans nos pays occidentaux.
Je ne cherche pas là à décourager qui que ce soit. Notre rôle est de semer la bonne parole et nous ne pouvons jamais savoir si Dieu va faire croître. Mais nous voyons bien que peu de gens sont en recherche spirituelle. Bien des gens n’ont absolument aucun intérêt pour les choses spirituelles.

Pour conclure, cette parabole n’a évidemment aucun réel besoin d’être mis à jour, mais je cherchais juste par là à mettre en avant la beauté et la fragilité du monde dans lequel nous vivons. De la même façon, notre vie physique et spirituelle est fragile et nous devons en prendre bien soin en restant fermement attachés à Dieu qui est la source de toute forme de vie : physique et spirituelle, tout en prenant garde de ne pas tomber dans l’athéisme ambiant qui est un pesticide spirituel.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.
N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, nous chercherons à répondre à la question théologique suivante : D’où vient la maladie ?

Vidéos

La vidéo donc je parle dans ce podcast:

En moins de 4 min, Claude Bourguignon (ingénieur agronome) nous explique les désastres provoqués par l’agriculture intensive.

Un super documentaire de Arte qui parle de l’ortie, mais aussi du purin d’ortie, un produit 100% naturel, qui faisait trop concurrence aux pesticides et donc a été interdit en France dans les années 90. Ce documentaire parle aussi des effets dévastateurs des pesticides.

4 principes bibliques pour une meilleure santé

Cet épisode présente 4 principes pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête, mais aussi pour améliorer notre communion avec Dieu.

Podcast

Texte du podcast

Je voudrais vous présenter 4 principes bibliques pour une meilleure santé et pour lutter contre la dépression.

Dans la Bible, il existe tout un tas de principes qui sont là pour notre santé spirituelle, mais aussi notre santé physique comme par exemple jeûne ou la prière qui nous soulage de nos fardeaux et de nos inquiétudes.
Mais aujourd’hui, je voudrais vous présenter 4 principes qui me tiennent à cœur.
Ces principes ne sont pas indépendants les uns des autres, bien au contraire puisqu’ils se complètent pour former un tout.

Ce sont des principes qui aident à se sentir mieux dans sa tête et dans son corps.
J’ai récemment pu mettre en pratiques de façon active certains de ces principes et je peux dire que leur efficacité est surprenante.

Quels sont ces 4 principes ?

1. L’autosuggestion

L’autosuggestion en tant que telle n’est pas vraiment une technique purement biblique puisqu’elle a été élaborée par Emile Coué au début du 20ème siècle. Si la méthode Coué est relativement récente, certains principes ne le sont pas.
Le chant est bien souvent utilisée comme technique d’autosuggestion. L’idée est d’affirmer des faits qui sont soit vrais mais qu’on a du mal à accepter comme “Dieu m’a pardonné de tous mes péchés”, soit pas encore vrais et qu’on aimerait voir s’accomplir, par exemple, “grâce à Dieu, je ne crains aucun mal”. On sait que ce n’est pas une vérité parfaite, mais l’affirmer nous transforme de l’intérieur.

Emile Coué encourageait les malades à affirmer la phrase suivante vingt fois par jour : ”Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux.”. Il semble que cette méthode ait eu de bons résultats puisqu’elle est toujours pratiquée de nos jours.
En tant que chrétien, on peut par exemple affirmer la phrase ”Grâce à Dieu, tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux.” ou bien encore en utilisant des versets de la Bible qui correspondent à notre besoin. Quand on manque de confiance, on peut lire et relire le psaumes 23 par exemple qui affirme que Dieu est notre berger ou bien quand on se sent déprimé, le psaume 65, qui affirme :

” Heureux celui que tu choisis et que tu fais approcher de toi pour qu’il habite dans tes parvis!
Nous nous rassasierons des biens de ta maison, de la sainteté de ton temple.”
Psaumes 65:4 ou 5 (selon la traduction)

Je conseille de se l’affirmer intérieurement ou mieux, de le dire à haute voix, voire même de le crier. Ce qui est important est surtout d’affirmer avec conviction car alors, l’effet pourrait être inverse si on y croit pas. En se les affirmant, on imprègne son âme, ou son subconscient, de vérités bibliques, ce qui nous transforme de l’intérieur.
Je conseille aussi de mémoriser ces versets pour pouvoir se les affirmer à tous moments. Cette technique est très efficace et pourra avoir un réel impact dans votre vie.

2. La gratitude

“Priez sans cesse, exprimez votre reconnaissance en toute circonstance, car c’est la volonté de Dieu pour vous en Jésus-Christ.”
1 Thessaloniciens 5:17-18

La Bible nous encourage à remercier Dieu en tout temps. Dans les bons moments, mais aussi dans les moments difficiles.
Il est important de savoir s’arrêter pour remercier Dieu de temps à autres.

La gratitude est un outils très important car elle amène vers le contentement, c’est-à-dire le fait d’être heureux quelques soit les circonstances.
Ainsi, exprimer sa reconnaissance envers Dieu est un pas vers le contentement, mais se plaindre c’est s’en éloigner.

Comment pratiquer la gratitude ?
Prenez le temps de méditer sur ce Dieu qui nous aime tant, qu’il a donné son fils unique pour mourir à notre place, sur ce berger qui nous guide dans les moments les plus difficiles, sur ce Père céleste, sur cet ami qui est à nos côté et qui nous aime profondément.

Puis remercier-Le pour ses bénédictions, non pas comme en lisant une liste de courses, mais avec sincérité de cœur.

L’homme moderne passe énormément de temps à ruminer le passé et à s’inquiéter pour le futur. En Jésus, nous sommes libérés du poids de notre passé et des craintes des choses à venir.
Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas y penser, mais qu’il faut, de temps en temps, s’arrêter pour profiter du moment présent.
Ainsi, chez vous, en marchant dans la rue ou en mangeant par exemple, prenez parfois le temps de savourer le moment présent, de savourer votre joie d’avoir ces bénédictions en Dieu. Que ce soit de petites ou de grandes bénédictions, prenez le temps de les apprécier et de remercier Dieu avec simplicité de cœur.
Remercier Dieu pour les promesses à venir, pour la beauté de la création.

Ce sont des choses qui vont vous aider à vous déstresser, vous calmer et vous sentir mieux dans votre corps.

3. La contemplation

La méditation d’origine orientale est devenu très à la mode ces dernier temps et est souvent vue par certains experts comme un vaccin contre la dépression.
La contemplation est une forme de méditation tournée vers Dieu.

Il est parfois difficile de s’arrêter dans nos vies stressées et surchargées. Il devient alors difficile de focaliser nos pensée sur une chose à la fois. On va se mettre à penser à d’autres sujets comme le repas du soir ou le travail.
Mais il existe des technique pour se calmer en quelques minutes et pour focaliser notre attention sur un sujet bien précis comme Dieu ou un verset de la Bible.
Prenez un moment à part, asseyez-vous confortablement, regardez calmement autour de vous, soyez heureux à l’idée de passer du temps avec votre Seigneur.
Fermez les yeux et prenez ensuite deux ou trois respirations profondes avec le ventre, puis respirez normalement et comptez votre respiration jusqu’à dix en focalisant votre pensée sur votre respiration.
Vous pouvez ensuite scanner votre corps, c’est-à-dire focaliser votre attention sur vos pieds, puis remonter lentement jusqu’à la tête puis les mains.
Cependant, vous avez le droits de penser que ces techniques sont nulles et c’est à vous de trouver ce qui marche le mieux pour vous-mêmes.

Une fois la préparation terminée, on peut ensuite entrer dans le cœur de la contemplation.
Rappelez-vous de votre petitesse et de la grandeur de Dieu.
Vous pouvez vous répéter mentalement des versets de la Bible, ou bien imaginer le royaume de Dieu ou bien Jésus. On peut aussi s’imaginer l’enfer si cela ne nous affecte pas trop.

Si vos pensées vagabondes, ce n’est pas grave, revenez calmement vers ce à quoi vous voulez penser, sans vous culpabiliser, ça arrive à tout le monde. Avec de l’entrainement, vous arriverez de mieux en mieux à contrôler votre pensée

4. L’abstinence

Dans le chapitre 5 de Galates, Paul liste la maîtrise de soi (aussi appelée tempérance) comme fruit de l’Esprit.
La maîtrise de soi est avant tout le fait de savoir résister aux tentations et d’éviter toute forme d’excès.
Les excès sont bien souvent néfastes pour la santé physique et mentale : les excès d’alcool, de nourriture, de télévision, de jeux vidéo, de réseaux sociaux, de travail, de sport et même de sommeil, mais il y a aussi les excès de colère, de peur, de stress ou de jalousie par exemple qui nuisent à notre santé.
Toute forme d’excès est donc à éviter. Il y a de plus en plus de problème de dépression parmi les jeunes. Les réseaux sociaux sont souvent pointés du doigt parce que les jeunes n’arrivent plus à se “déconnecter” mentalement. Mais je pense personnellement que tous les excès de notre société sont en cause.

Pour nous protéger de ces excès, il existe l’abstinence. L’idée est de nous forcer à puiser nos forces et notre joie en Dieu et non dans l’objet de nos excès.

Parfois, il est bon de se priver des choses qu’on aime : la nourriture, notre programme favori, Facebook, etc. En vous arrêtant, vous vous rendrez alors probablement compte qu’on peut aussi se faire plaisir avec un bon moment spirituel, comme la contemplation, la méditation ou la lecture de la Bible.
Les plaisirs de ce monde ne durent pas. Dès que la télévision est éteinte, alors un sentiment de vide peut apparaître, par contre, la joie en Christ dure et c’est cela qu’il faut cultiver.

L’abstinence est donc la recherche du bonheur en Dieu, l’affirmation que Dieu peut pourvoir à tous nos besoins, mais l’abstinence nous aide aussi à nous sentir mieux dans notre corps.
Typiquement, le jeûne est une forme d’abstinence et est connu pour ses bénéfices sur la santé et peut, par exemple, aider à arrêter la cigarette.
Parfois, il est aussi bon de s’arrêter de penser. Entraînez-vous à ne pas penser pendant une minute. Cela est très dur pour certaines personnes, mais cela aide à reposer le cerveau.

Quoiqu’il en soit, il y a plus de joie dans l’abstinence que dans l’excès, contrairement à ce que le monde veut nous faire croire.

Conclusion

Nous avons donc étudié quatre principes bibliques pour une meilleure santé et pour lutter contre la dépression.
Ce sont 4 clés pour être heureux et en bonne santé et ce sont surtout 4 moyens par lesquels le Saint-Esprit va travailler dans vos cœurs.
Malheureusement, ce sont aussi des principes faciles à oublier. Il est donc nécessaire de trouver des moyens mnémotechniques pour se les rappeler. N’hésitez pas à afficher des versets chez vous qui vous les rappellerons d’une façon ou d’une autre.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.
N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, nous parlerons du péché qui agit tel un pesticide chimique dans notre vie.

Vidéos

La gourmandise: un péché pas si mignon que ça

La gourmandise est le péché dont on parle probablement le moins dans les milieux chrétiens.
Qu’est-ce que la gourmandise et quelles en sont les conséquences ?

Podcast

Texte du podcast

Manger est essentiel, cela va sans dire. L’homme ne peut pas vivre de façon complètement autonome. Nous avons besoin d’air, d’eau et de nourriture pour vivre. C’est vrai sur le plan physique, mais aussi spirituel.

La nourriture spirituelle

La Bible nous enseigne que l’air, l’eau et la nourriture nous ont été fournis par Dieu à la création.
Sur le plan spirituel, c’est la même histoire, nous avons aussi besoin d’air, d’eau et de nourriture spirituels. Jésus se présente lui-même comme de la nourriture spirituelle à manger :

Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.
Jean 6.53

Ne pas manger de Jésus est donc la mort.

Les chrétiens sont donc appelés à faire attention à leur nourriture spirituelle et s’assurer que cette nourriture est de bonne qualité pour leurs besoins spirituels.
La gourmandise sur le plan spirituel, nous éloigne de Dieu.
Ce qui vient de Jésus et du Saint-Esprit n’est pas là pour plaire à nos oreilles, mais pour nous édifier. Parfois, cela peut être désagréable et amère, mais c’est ce qui est bon pour nous.
Les paroles des faux-docteurs sont au contraire souvent des paroles douces et agréables aux oreilles, mais qui nous égarent.
Plus on s’habitue aux parole de Jésus, plus on s’habitue au goût de ses paroles et plus tout ce qui ne vient pas de Lui nous semblera désagréable.

Sur le plan physique, c’est exactement la même chose. Notre nourriture devrait n’être composée que de nourriture saine et bonne pour notre corps. Le reste n’est là que pour nous rendre malade, pas forcément d’un coup, mais petit à petit la gourmandise nous rend malade et nous tue.
La gourmandise est souvent perçue comme un péché mignon, sans importance et que Dieu ignore. Ce n’est pourtant ni ce que dit la Bible, ni ce que dit la science.

Qu’est-ce que la gourmandise ?

Pendant longtemps, je suis resté sans réponse claire à ce sujet. Il semble que quasiment personne n’ose s’y aventurer et c’est par hasard que je suis tombé sur un écrit de Richard Baxter, un puritain du 17ème siècle, qui m’a finalement donné des éléments de réponses. Si vous connaissez d’autres écrits à ce sujet, faites-moi signe.

Que dit Baxter sur la gourmandise ? Pour une réponse détaillée, je vous invite à jeter un coup d’œil à mon blog.
Mais, pour résumer sa pensée :

  • La gourmandise est un péché grave (nous verrons un peu plus loin pourquoi)
  • Nous sommes tous sujet à la gourmandise (les minces et les gros)
  • La gourmandise n’est pas seulement le fait de manger trop

Baxter affirme que la gourmandise peut être un excès en quantité, en goût, en fréquence, en temps passé et enfin en coût.
On pourrait étudier chaque aspect en détails, mais en réalité, c’est l’attitude envers la nourriture qui importe. La nourriture est faite premièrement pour nourrir le corps et non pas seulement pour se faire plaisir.
Alors, bien sûr, une nourriture saine apporte aussi du plaisir, mais l’objectif principal n’est pas le plaisir mais la santé. Pour Baxter, comprendre son corps et sa santé est un point primordial, et c’est même bien souvent la santé qui permet de distinguer ce qui est péché de ce qui ne l’est pas.

Donc, manger et se faire plaisir oui, mais seulement si cela n’abîme pas notre santé, car alors cela devient de l’égoïsme. On ne mange alors plus dans une optique qui plait à Dieu, mais pour suivre nos désirs charnels.

La gourmandise au fil des siècles

Lorsque la Bible nous parle des excès de table, elle parle parfois du fait de manger trop de viande ou bien trop de miel, mais il faut bien comprendre que ces textes ont été écrits il y a plusieurs millénaires et que les choses ont bien changés depuis, surtout à partir de la révolution industrielle.
Les juifs de l’époque de Jésus suivaient un régime méditerranéen qui est aujourd’hui connu comme l’un des régimes les meilleurs pour la santé. De plus, les juifs étaient très stricts à cette époque, donc la gourmandise n’était certainement pas le problème principal que Jésus et les apôtres avaient à régler.

Au 17ème siècle, Baxter considère la gourmandise comme un péché quasiment généralisé, aussi bien parmi les riches que les pauvres.
Alors, que devons nous penser aujourd’hui avec nos CocaCola, MacDo, Nutella, Kellogg’s ou Haribo, et toute cette malbouffe si bonne au goût, mais si mauvaise pour notre santé ?

En réalité, au fil des siècles, notre goût a changé, certains produits autrefois rares sont devenus des produits de base, comme le sucre, et c’est toute notre alimentation qui a changé.
Nous vivons malheureusement dans un monde déchu, étranger de Dieu qui préfère suivre ses désirs charnels que la volonté de Dieu. Le résultat est donc que quasiment toute notre alimentation est tournée vers une recherche du plaisir et non vers notre santé.

La nourriture industrielle

Il y a, bien sur, la malbouffe que je déconseille très fortement, mais aussi tous ces additifs qui améliorent le goût, change la texture ou la couleur de ce que nous mangeons. Certains additifs sont sans dangers, mais d’autres sont clairement à proscrire.
Ensuite, il y a tout les produits raffinés. Savez-vous par exemple qui le riz n’est pas naturellement blanc ? Que la farine de blé n’est pas non plus naturellement blanche ? Les céréales suivent généralement des procédés industriels de raffinage qui les rendent blanches, tout d’abord en supprimant l’enveloppe extérieure des céréales qui est pourtant la plus nutritive, puis, pour le cas du blé bien souvent par blanchiment chimique.
On se retrouve alors avec des céréales faibles en fibre et en nutriments et qui vont très rapidement se transformer en sucre dans notre corps.
Enfin, il y a les viandes et fromages industriels ou les corn flakes, tous ces produits transformés qui ne sont pas sans danger pour notre santé.
C’est donc la majorité des produits alimentaires qui sont transformés soit pour réduire les coût de production, soit pour améliorer leur goût au détriment de la santé. On pourrait aussi parler des modes de cuissons qui détruisent bien souvent les vitamines.

Cette nourriture pauvre au niveau nutritionnel, mais riche en produits industriels ne donne pas au corps ce dont il a besoin. Nous sommes alors fatigués et avons une mauvaise mémoire. Nous tombons facilement malade car notre système immunitaire est faible.
Nous sommes aussi surpris de voir toutes ces maladies modernes dites “de civilisation” comme : obésité, cholestérol, cancer, autisme, Alzheimer, dépression, fatigue chronique, allergies, etc.
Il y a des liens connus entre notre alimentation et bon nombre de ces maladies, mais la médecine moderne n’est pas là pour nous faire changer nos mauvaises habitudes, mais pour nous faire consommer des médicaments. Tant de problèmes médicaux pourraient être réglés simplement en changeant notre alimentation.
Comme a dit le célèbre cuisinier britannique Jamie Oliver :

“Les homicides représentent 0.8% de la mortalité alors que les maladies liées à l’alimentation en représentent 60%, mais personne n’en parle.”
Jamie Oliver

La création de Dieu qui était parfaite à l’origine a été corrompue par le péché et par l’homme, esclave du péché. C’est un processus qui a commencé avec Adam, mais qui continue chaque jour.

Que dit la Bible ?

Dans le désert le peuple hébreux se plaignait :

Qui nous donnera de la viande à manger ? Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Egypte et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des gousses d’ail. Maintenant, notre gosier est desséché: plus rien! Nos yeux ne voient que de la manne.
Nombres 11.4-6

Pour remettre dans le contexte, Dieu les avait délivré de l’esclavage, avait ouvert la mer rouge, les nourrissait quotidiennement de manne et les guidait nuit et jours, mais voilà, cela ne leur suffisait pas. Dieu pourvoyait à tous leurs besoins, mais ils en voulaient toujours plus. Ils voulaient la liberté avec les plaisirs d’Egypte.
Il n’y a pas de mal à désirer de la viande, des fruits et des légumes, mais il faut savoir se satisfaire de ce que Dieu nous donne.
Les plaintes du peuple hébreu dans le désert avait enflammé la colère de Dieu.

Aujourd’hui, Dieu nous a libéré de la mort et de l’esclavage du péché, Il nous a donné une nouvelle vie et pourvoit à tous nos besoins. Mais voilà, cela ne nous suffit pas.
Nous voulons Dieu et les plaisirs du monde. Nous voulons la bénédictions de Dieu, mais aussi cette malbouffe que Dieu n’aurait jamais créée parce qu’elle nous rend malades.
Dieu sait ce qui est bon pour nous, mais nous en voulons plus, sans voir que cela attriste Dieu et que cela nous rend malade.
Nous ne voyons pas que les plaisirs du monde nous aveuglent, nous éloignent de Dieu, nous font pécher et nous étouffent.

J’ai la conviction qu’en rejetant ces plaisirs, alors nous recevrons plus de joie et de bénédictions en Lui. Nous sommes dans une guerre spirituelle et trop souvent nous nous laissons corrompre par l’ennemi.
Dans cette guerre, la privation et le jeûne sont probablement nos meilleures armes.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.
N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, dès aujourd’hui disponible, nous verrons 4 principes bibliques pour être plus heureux et en meilleure santé physique, mais surtout en meilleure santé spirituelle.

Sources

<a href=”http://www.dustoftheground.org/?p=175&amp;lang=en”>What is gluttony?</a> (according to Richard Baxter)

<img class=”alignnone wp-image-325″ src=”http://www.dustoftheground.org/wp-content/uploads/2017/07/oliver-300×300.jpg” alt=”” width=”405″ height=”405″ />

Vidéos

&nbsp;

Episode suivant :

Doit-on faire confiance aux médecins ?

Quelle attitude le chrétien doit-il avoir face à la médecine conventionnelle ?
Quelle influence ont les lobbies dans les décisions des médecins ?

Ce blog ne cherche à convaincre personne à ne pas aller chez le médecin, loin de là, mais la prescription d’un médecin est une option, pas une obligation.

Podcast

Texte du podcast

Cet épisode fait suite à l’épisode précédent dans lequel nous avons parlé des médicaments.

La pratique courante lorsqu’on est malade est d’aller voir un médecin, qui va nous prescrire des médicaments que l’on va ensuite acheter à la pharmacie.
Généralement, le patient ne va pas chercher à remettre en question l’avis du médecin et va donc acheter le médicament prescrit sans réfléchir. Le médecin a suivi de longues études et ne présente pas d’option alternative. Les médicaments prescrits ont été étudiés cliniquement et comme on n’y connait pas grand chose, alors on suit les conseilles du médecin. Tout cela nous semble logique.

On va se demander dans cet épisode, si faire comme tout le monde dans ce domaine, est la bonne chose ou bien si en tant que chrétien nous devons avoir une attitude différente.

La question se pose:
Peut-on mettre aveuglement notre santé dans les mains d’une tiers personne ?
Peut-on faire confiance à une organisation humaine ? Surtout lorsque cela touche à notre santé.

En 2015, le documentaire Cash Investigation sur France 2 posait la question suivante : peut-on faire confiance à notre médecin ? La réponse apportée par certains experts, aussi choquante soit-elle était clairement non !
Si on peut douter de ce documentaire et des experts choisis, la question se pose pour nous chrétiens.

Alors, qu’est-ce qui explique la réponse de ces experts ? Le problème ne vient pas des médecins, mais de l’industrie pharmaceutique qui crée les médicaments.

Quel est le problème avec l’industrie pharmaceutique ?

L’industrie pharmaceutique est une industrie très prospère puisque son chiffre d’affaire a doublé pendant les dix dernières années pour atteindre le millier de milliards de dollars par an.
En 2005, le comité de la santé de la chambre des communes en Angleterre (la chambre basse du Parlement anglais) à écrit un document qui s’intitule: “L’Influence de l’Industrie Pharmaceutique”.

Que présente ce document ? Pour une information plus détaillée, je vous conseille de faire un tour sur mon blog, mais pour faire court, l’objet de ce document était de présenter au gouvernement britannique à quel point cette industrie était influente dans le domaine médical et que les conséquences de cette influence étaient sérieuses pour la santé publique. Les problèmes présentés ne sont pas, bien entendu, propres au Royaume-Uni et donc nous concernent tous.

Ces problèmes présentés par ce document sont les suivants :

  1. L’industrie affecte presque tous les niveaux du système de santé. Nous pouvons lire dans ce document que :
  • De la recherche aux médecins, cette industrie cherche à utiliser toute son influence.
  • La majorité des tests médicaux est dirigée par cette industrie.
  • La recherche ne travaille pas toujours dans l’intérêt publique, mais bien souvent dans le but d’aider cette industrie à générer plus d’argent.
  • L’influence de cette industrie sur les médecins est présentée comme inquiétante car elle les pousse à prescrire selon leurs intérêts financiers.

2. Le but premier de cette industrie est de faire de l’argent. On ne peut pas complètement leur en vouloir, mais voyons les conséquences de cela :

  • L’industrie par exemple n’est pas obligée de communiquer tous leurs résultats, il peuvent ainsi cacher des résultats de tests cliniques s’ils ne vont pas dans leurs intérêts
    • Ils peuvent ainsi cacher la dangerosité d’un médicament qui va continuer à être prescrit malgré les risques connus.
    • Certains médicaments ont causé la mort de milliers de patients qui aurait pu être évitée si tous les résultats avaient été rendus publiques.
  • Certains tests cliniques ne sont pas bien conçus et sont biaisés au profit de l’industrie pharmaceutique.

3. L’industrie est aussi accusée d’utiliser des techniques pour vendre plus de médicaments à des personnes qui n’en ont pas forcement besoin :

  • Le document parle de médicalisation de la société, c’est-à-dire que pour tout problème, il existe une solution médicale qui implique la vente de médicaments.
  • Mais aussi le fait que de plus en plus de personnes sont catégorisées comme ayant besoin de médicaments :
    • en créant des seuils de tolérance. ex: ostéoporose.
    • en créant des catégories intermédiaires de personnes “à risque” qui vont ainsi consommer des médicaments dont ils n’ont probablement pas besoin. ex: statines pour le cholestérol.

4. Le document parle aussi des articles de journaux spécialisés :

  • Il semblerait que la majorité des essais cliniques présentés soit financée par l’industrie pharmaceutique.
  • Cette industrie va aussi payer des spécialistes pour signer des documents qu’ils n’ont pas rédigés eux-même, et vont ainsi utiliser leur notoriété. C’est une forme de corruption.

Ce document a ensuite été envoyé au gouvernement britannique qui a répondu en disant en gros qu’il comprenait la situation, mais qu’il pensait que globalement cette industrie avait une influence positive, ce qui évidemment est impossible à vérifier.
Comme je l’ai déjà dit, ce document a été écrit en 2005. Ils ont depuis plus que doublé leur chiffre d’affaire, ce qui semble dire que la situation ne s’est pas améliorée.

Plus récemment, le prix Nobel britannique de médecine, Richard Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé du publique et de développer volontairement seulement les médicaments qui rendent les maladies chroniques, mais qui ne font pas guérir. Il est bien plus rentable pour eux de vendre des médicaments qui soulagent, mais ne guérissent pas. De plus, une molécule qui guérirait du cancer à 100% et sans effet secondaire, ne serait mise sur le marché que si elle était suffisamment rentable comparée à l’existant. Il y a donc fort à parier que des remèdes plus efficaces et moins coûteux aient été caché du publique et des médecins.

Ce qui est généralement reproché à la médecine conventionnelle est de s’attaquer seulement aux symptômes et non à la racine des problèmes. Ainsi, en prenant des médicaments, les malades se sentent mieux temporairement, mais la source de la maladie est toujours présente. Est-ce lié à la nature des médicaments synthétiques ou au manque de volonté de l’industrie pharmaceutique ? Je ne pourrais sincèrement pas dire.

Quoi qu’il en soit, bien souvent il vaut mieux commencer par des solutions douces et naturelles avant d’utiliser l’artillerie lourde avec les médicaments chimiques. La médecine naturelle est généralement orientée vers une modification du mode de vie comme l’alimentation, la gestion du stress… et ainsi s’attaque réellement à la racine des problèmes. Par opposition à la médecine conventionnelle qui a généralement un effet rapide, la médecine naturelles est souvent plus lente, mais agit en profondeur, à la racine des problèmes. Il faut parfois des semaines ou mois pour voir des résultats.

Peut-on faire confiance aux médecins ?

Il faut distinguer le diagnostique du médecin de la façon de traiter la maladie. Le médecin peut évidemment se tromper dans son diagnostique, mais il n’y a généralement, à mon sens, pas de raison de ne pas lui faire confiance à ce sujet. Par contre, les solutions présentées par les médecins pour traiter une maladie est biaisée par le fait qu’ils sont influencés par l’industrie pharmaceutique, qu’ils ne connaissent généralement pas les remèdes naturels et ne peuvent simplement pas les prescrire.
C’est donc à nous que revient ce rôle de décider ce qui est bon pour nous-même. Soit, on suit naïvement la prescription du médecin, soit on mets dans une balance les différentes options qui se présentent à nous, ainsi que les risques associés à la maladie. Dans certains cas, la prescription du médecin sera la meilleure option, mais dans la majorité des cas, selon notre niveau de connaissance, des solutions naturelles ou bien un simple changement dans notre alimentation suffiront à traiter la maladie.

Il faut sortir de la logique selon laquelle le patient est ignorant et le médecin a la connaissance

Au moyen-âge, seulement le clergé avait accès à la Bible et le peuple n’avait pas vraiment d’autres choix que de suivre aveuglement ce qu’on leur enseignait. Désormais, la Bible est accessible à tous, ce qui libère le peuple d’une caste qui cherche à imposer sa façon de voir.
De même, nous devons nous libérer de cette industrie qui contrôle ce qu’on appelle la médecine conventionnelle et que j’appelle personnellement la médecine consumériste et chercher nous-même à comprendre notre propre corps, à apprendre à s’en occuper comme Dieu le désir. La connaissance est donc un pas vers liberté.

Il y aurait encore tant à dire sur ce sujet. Je pourrais aussi parler de l’avortement, des pilules du lendemain et des fécondations in-vitro, mais aussi des pilules contraceptives, souvent jugés acceptables dans les milieux chrétiens et qui pourtant ne sont pas sans risque pour la santé, loin de là.
Il y a de réels problèmes d’éthique concernant cette industrie pharmaceutique qui veut nous vendre le bonheur sous forme de pilule.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.
N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, dès aujourd’hui disponible, nous parlerons d’alimentation et en particulier du sujet tabou qu’est la gourmandise.

Statistiques

Sources

Vidéos

Episode suivant :

Quand les médicaments deviennent une idole…

Pourquoi utilisons nous des médicaments synthétiques au détriment des produits naturels ?
Quelle est la bonne attitude à avoir concernant ces produits ?
Dans cet épisode nous étudions les risques de voir les médicaments devenir des idoles dans notre vie.

Podcast

Texte du podcast

Bien souvent les chrétiens se demandent si on peut utiliser les médicaments homéopathiques, mais dans cette épisode, on va tout d’abord se poser la question suivante:

Peut-on prendre des médicaments allopathiques, c’est-à-dire les médicaments de la médecine conventionnelle, qui sont d’origine pétrochimique ?

Ces médicaments n’ont pas été créés par Dieu, nous sommes donc en droit de nous poser la question.

Il est raisonnable de se demander si cela plait à Dieu que des chrétiens se tournent vers des molécules synthétiques plutôt que d’utiliser des molécules d’origine naturelle que Dieu a conçus et créées ?

Pourquoi utilise-t-on des molécules synthétiques?

La réponse souvent présentée est que ces molécules sont plus efficaces que les molécules naturelles et donc traitent mieux des maladies.

Néanmoins, cet argument tombe rapidement à l’eau quand on connait la quantité d’argent investie dans la recherche pour l’étude de molécules synthétiques comparée à l’argent investi dans la médecine naturelle. On cherche sans arrêt à créer de nouvelles molécules actives alors qu’il existe tout un tas de plantes et donc de molécules naturelles qui n’ont jamais été étudiés scientifiquement.

Pourquoi la nature est-elle négligée au profit des molécules synthétiques?

La réponse est très simple puisqu’elle n’est absolument pas scientifique : on ne peut simplement pas mettre de brevet sur une molécule naturelle. Ainsi, découvrir les propriétés médicales d’une plante ou d’une molécule naturelle n’apportera rien au découvreur car n’importe qui pourra alors profiter de ses résultats. Il faut savoir qu’il coûte très cher de faire passer les études cliniques pour prouver l’efficacité et l’innocuité d’un produit pour que celui-ci soit ensuite mis sur le marcher et prescrit par les médecins.

L’industrie pharmaceutique ne crée donc que des molécules synthétiques sur lesquels elle pourra mettre un brevet et ainsi générer un profit. Ces nouvelles molécules auront alors des effets secondaires associés, mais peu importe. Tout a donc été mis en place pour exclure la nature.

Les antibiotiques synthétiques sont souvent présentés comme de grandes découvertes scientifiques, alors qu’il existe aussi des antibiotiques naturels qui ont très peu été étudiés et donc qu’on ne connait pas assez pour qu’ils puissent réellement faire concurrence aux antibiotiques synthétiques.

Alors que les antibiotiques synthétiques peuvent avoir de sérieux effets secondaires, aussi bien sur le court, que sur le long terme, bon nombre d’antibiotiques naturelles n’ont aucun effet secondaire.

Ce n’est donc pas la science qui dicte la façon dont nous nous occupons de notre santé, mais bien l’argent et les profits de l’industrie pharmaceutiques.

Nous nous retrouvons donc à utiliser des molécules ayant des effets inconnus sur notre santé. L’aspirine par exemple a été créée pour la première fois en 1897, mais nous ne connaissons toujours pas son effet sur notre corps. Cette molécule est souvent présentée comme inoffensive, pourtant des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année à cause de l’aspirine. Régulièrement de nouvelles études viennent apporter leur pierre pour aider à comprendre ses effets sur le corps humain. Si on ne comprend toujours pas bien l’aspirine, que penser de molécules plus récentes?

Il faut bien comprendre que le corps humain est composé de dizaines voir de centaines de milliards de cellules et encore plus de bactéries vivant en nous. Comprendre l’effet exact de n’importe quelle molécule sur le corps humain est donc absolument impossible à l’heure actuelle.

Vous me direz qu’on ne connait pas non plus l’effet des molécules naturelles, sauf que la grande majorité des produits naturels n’ont simplement pas d’effet secondaire notoire. Les fruits, les légumes, les épices, les graines que nous mangeons n’ont pas d’effet secondaire. Pourquoi ? Et bien, c’est parce qu’ils sont naturelles. Ils ont été conçu par Dieu dès le commencement et Dieu seul est capable de savoir ce qui est bon pour ses créatures. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe aucun danger à les utiliser. N’importe quel produit, mal utilisé peut abîmer notre corps et comme le dit la célèbre citation: “Tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison.”. Ainsi, à haute dose tout devient un poison.

J’ai beaucoup lu concernant la médecine naturelle, mais aussi mis en pratique et je peux vous affirmer qu’elle est plus efficace que la médecine conventionnelle dans bien des domaines, malgré ses faibles ressources financières. Ce qu’il faut c’est une médecine holistique, c’est-à-dire qui voit l’homme comme un tout et dont l’objectif est la santé et non le profit.

Rester sage

Cela dit, que faire quand on a un problème médical pouvant entraîner de sérieuses complications, quand il existe d’un côté des médicaments testés cliniquement et de l’autre, tout un panel de produits naturels dont on ne maîtrise pas bien l’efficacité ?

Je pense que Dieu ne voudrait jamais que ses créatures prennent de risques insensés. Il faut donc être sage dans ce domaine.

Les médecins ne sont pas formés pour prescrire des produits naturels, il est donc parfois sage de suivre les prescriptions d’un professionnel, mais il ne faut pas non plus oublier que la médecine moderne est une organisation humaine orientée vers l’amour de l’argent plus que le bien commun.

Je ne remet pas en cause ici le travail des médecins, des infirmiers et autre personnel médical, mais bien de tout le système et l’industrie qui est derrière et qui les utilise pour générer du profit.

Les médicaments ne viennent pas de Dieu

On m’a souvent demandé ce qui fait la différence entre les produits naturels et les produits synthétiques. Beaucoup pensent qu’il n’y a pas tant de différence que cela.

Je dirais simplement, outre les arguments déjà présentés qui différencient ce qui est naturel de ce qui ne l’est pas, les médicaments synthétiques polluent et ne font pas partie du cycle naturel de la vie. Les rivières sont pollués, ce qui affectent la faune et la flore, l’eau que nous buvons est bien souvent polluée par les médicaments (pilule contraceptive). En Inde, les vautours ont été décimes à 99% par un antibiotiques donné aux vaches. Les vautours qui mangeaient les cadavres de ces vache et étaient contaminés par cet antibiotique. De même, bien souvent, en mangeant de la viande nous consommons toute sorte de médicaments nocifs.

Il est donc pour moi une erreur d’affirmer que les médicaments nous viennent de Dieu. Il n’y a aucun fondement à cela car dans la création rien ne pollue.

Mais aussi, Dieu a créé un bon nombre de produits naturelles, alors pourquoi en avoir conçu d’autres produits avec des effets secondaire ?

Les molécules synthétiques ne sont donc pas des création de Dieu, mais bien des créations humaines. Ceci dit, Dieu peut tout utiliser pour Sa gloire, donc il ne faut pas en conclure que la consommation de médicaments est absolument à éviter.

Où se trouve le risque d’idolâtrie ?

Dieu est celui qui pourvoit à tous nos besoins, sans exception. Nous n’avons besoin de rien qui ne vienne de Lui. A partir du moment où Il n’est plus considéré comme tel, alors, par définition, il y a idolâtrie. Dans Exode 15.26, Dieu se présente Lui-même comme, je cite, “l’Eternel, celui qui te guérit”.

Typiquement, quand vous avez des problèmes de santé, vers qui vous tournez-vous en premier ? Vers votre médecin ou bien vers Dieu ? La question à se poser est donc : où est-ce que je place ma confiance ? Dans le médecin et la médecine moderne ou bien en Dieu ?

Mais sans parler de cela, si vous vivez sans vous soucier de votre santé jusqu’à ce que vous tombiez malade en vous disant qu’en cas de problème, alors le médecin et le système médical sera là pour rattraper vos erreurs, alors il y a idolâtrie.

Dans notre société moderne, la majorité de la population se conforme au siècle présent et donc se nourrit mal et ne cherche pas réellement la santé. Elle préfère vivre une vie de plaisir en espérant que la maladie viennent le plus tard possible.

La bonne attitude est de prendre soin du corps que Dieu nous a donné. Notre corps ne nous appartient pas. Il appartient à Dieu, et ce corps est le temple du Saint-Esprit. Ainsi, négliger ce corps pour suivre nos désirs égoïstes comme la gourmandise est clairement un cas de péché et d’idolâtrie.

Le consumérisme

Un gros problème de la médecine dites conventionnelle est qu’elle est fondée sur un mode de pensé consumériste qui est une idéologie idolâtre.

Le consumérisme a une très grande influence sur notre société.

On nous fait croire qu’acheter nous rend heureux et que l’achat de produits peut résoudre tout les problèmes.

La médecine consumériste nous fait croire qu’acheter des médicaments va nous donner la santé. En médecine naturelle, c’est bien souvent le contraire. Par exemple le jeûne thérapeutique est l’idée que se priver de nourriture peut guérir. Le jeûne est un des remèdes existants les plus efficaces et les moins chers. De plus, il est sans danger si pratiqué suivant certaines règles simples.

Donc, l’idée selon laquelle il faut absolument acheter des médicaments pour se guérir est une pensée purement consumériste qui en réalité nous abîme notre santé. C’est bien souvent en enlevant quelque chose que la guérison arrive.

On nous fait croire que notre corps est plein de défauts et a absolument besoin de médicaments. En réalité, le corps humain est bien mieux conçu qu’on ne veut nous le faire croire. Il a une capacité d’autoguérison incroyable, encore faut-il savoir enlever tout ce qui empêche cette autoguérison. Les médicaments, au lieu d’aider à amener à l’autoguérison, va forcer le corps à agir d’une certaine façon. Par exemple, les statines vont complètement bloquer la production de cholestérol avec tous les effets négatifs que cela peut avoir, car le corps a besoin de cholestérol, alors qu’en changeant d’alimentation, en faisant de la marche à pied et avec quelques produits naturelles, on arrive à de biens meilleurs résultats, mais c’est probablement pas votre médecin qui va vous dire cela.

Le problème est bien souvent que notre mode de vie, l’agriculture intensive avec ses pesticides, les antibiotiques et notre régime alimentaire ne font qu’affaiblir notre système immunitaire.

Il y a donc une idéologie derrière la médecine conventionnelle qui nous pousse à consommer plus et surtout, à ne pas changer nos mauvaises habitudes.

Mais la nouvelle difficulté est qu’il faut encore comprendre en quoi nos habitudes sont mauvaises. Le monde nous impose sa façon de voir et nous fait croire par exemple que la gourmandise est tout à fait normale et sans risque alors qu’elle nous rend malade, comme nous le verrons dans un prochain épisode.

Comment se protéger de l’idolâtrie ?

1) Suivre les commandements de Dieu qui sont là pour notre bien spirituel, mais aussi physique.

2) Apprendre à ne pas forcément faire confiance à tout le monde, quelque soit ses diplômes.

Nous vivons dans un monde où la population a une confiance aveugle envers les produits alimentaires qu’on nous vend. Il est donc important de savoir distinguer le bon du mauvais.

Cela demande évidemment un travail personnel d’information. Concernant la façon de traiter nos maladies, c’est pareil, il faut savoir peser le pour et le contre. Nous verrons ce point plus en détails dans le prochain épisode

3) Avoir une bonne connaissance de la médecine naturelle

Il existe un bon nombre de remèdes et thérapies naturels faciles à comprendre qui vous aideront à être en meilleure santé, ce qui fera probablement l’objet d’un prochain épisode.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.

N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, dès aujourd’hui disponible, nous parlerons encore des médecins et de la médecine consumériste. Il viendra compléter l’épisode que vous venez d’écouter mais sera plus centré sur le rôle du médecin avec encore une fois comme objectif de nous protéger de l’idolâtrie et du péché.

Statistiques

Vidéos

 Le jeûne, une nouvelle thérapie (documentaire Arte)

Sources

Episode suivant :

Pourquoi un blog “Foi et Santé” ?

Pourquoi avoir créé un blog “Foi et Santé” ?
Ce blog cherche à repondre à des questions du 21ème siècle concernant la santé à la lumière de la Bible.
Certaines de ces questions sont très peu abordées dans les milieux chrétiens.

Podcast

 

 

Texte du podcast

Je m’appelle Adrien et je suis le fondateur du blog “Foi et Santé” (“Dust of the ground” en anglais). Dans ce premier épisode, je voudrais vous exposer mes motivations qui m’ont poussées à créer ce blog et ce podcast.

Je ne suis ni médecin, ni pasteur. Je ne cherche pas à vendre de produits, mais je cherche juste à communiquer aux chrétiens un certain nombre de messages qui me tiennent à cœur.

J’ai été diagnostiqué avec la maladie de Crohn, il y a 7 ans et depuis près de 5 ans j’étudie de façon active les causes de cette maladies et les remèdes existants. Cela m’a ouvert les yeux sur tout un tas de sujets dont je souhaite vous parler.

J’ai décidé de créer ce blog pour aider les chrétiens à comprendre certains enjeux du XXIème siècle, car je constate que beaucoup n’ont pas compris certains dangers spirituels auxquels nous devons faire face.

Au cours de mes recherches personnelles, j’ai pu constater que le monde nous intoxique. Que ce soit sur le plan spirituel ou sur le plan physique, nous sommes intoxiqués par le monde.

Nous vivons dans un monde où tout est recherche du profit.

Nous vivons dans un monde où les agriculteurs pulvérisent des pesticides sur les fruits, les légumes et céréales que nous mangeons, alors qu’il existe des méthodes naturelles qui permettent un rendement similaire.

… où des produits toxiques sont utilisés pour l’entretien de nos maisons et que l’on va ensuite ingérer en les touchant, les respirant, etc,

… où nous mangeons des produits de goût et couleurs artificielles sans nous poser de question.

…  où les dentifrices, les gels douches, les déodorants que nous utilisons contiennent des produits toxiques, de l’aluminium et des nanotechnologies.

Nous vivons dans un monde du tout synthétique alors que tant de produits naturelles à faible coût feraient parfaitement l’affaire.

Il y a d’un côté, les produits chimiques et de l’autres les produits transformés et raffinés comme le sucre, la farine et tout un tas de produits classés comme malbouffe (junk food en anglais).

Des études sur des rats ont montré que la nourriture de fast food et le sucre sont des produits hautement addictifs, comparable à certaines drogues dures. Si ces produits ne sont pas aussi dangereux que de la drogue dure, ils sont cependant nocifs pour la santé, probablement bien plus que vous ne pouvez l’imaginez.

Il y a aussi la technologie qui est devenue omniprésente et envahie nos lieux de vie. Télévisions, jeux vidéos, réseaux sociaux, smartphones… tous ces produits hautement addictifs auxquels nous laissons le contrôle de nos vies et de nos pensées. Je ne suis pas cependant contre toute forme de progrès technologique tant que c’est utilisé pour la gloire de Dieu et non de façon égoïste.

Bien des chrétiens ne voient pas que le monde nous intoxique, nous étouffe et nous éloigne de Dieu.

Le confort que le monde nous offre ne nous rend pas heureux. Il ne fait que nous faire pécher par gourmandise, par convoitise, par idolâtrie…

Que pense Dieu du fait d’utiliser des produits synthétiques plutôt que les produits qu’Il a conçu et créé Lui-même pour nous, pour notre bien?

Au lieu de chercher à comprendre la nature et à nous adapter à elle, l’homme adapte la nature, la tord, la transforme pour son propre plaisir, mais surtout dans la recherche du profit.

Les conséquences sur le plan physique sont devant nos yeux, mais nous ne les voyons pas. Obesité, cancer, Alzheimer, autisme, Parkinson, dépressions, anxiété, intolérances, allergies et toute cette liste de maladies dites modernes ou de civilisation dont le nombre de cas ne fait qu’augmenter avec très peu de moyens mis en place pour les arrêter.

Le cancer touche désormais les jeunes enfants, la consommation d’antidépresseurs explose chez les adolescents (+50% durant les 7 dernières années en Grande Bretagne par exemple) et l’industrie pharmaceutique se frotte les mains avec leur chiffre d’affaire qui a plus que doublé en seulement 10 ans.

Je n’ai pas de solution magique à tous ces problèmes, mais nous devons comprendre la situation et agir et surtout étudier les solutions que Dieu nous offre au travers de sa Parole, la Bible.

Il est temps d’arracher nos perfusions de somnifère, de nous libérer du joug que le monde cherche à nous imposer par tous les moyens et de nous tourner vers ce qui importe réellement et surtout éternellement.

Dans ce podcast, nous allons discuter de la médecine moderne, de la gourmandise, des produits chimiques que nous rencontrons au quotidien, mais aussi de principes bibliques pour une meilleure santé et qui nous rapprochent de Dieu.

Pour finir, le blog “Foi et Santé” a besoin de vous.

N’hésitez pas à aimer, à partager les articles et les podcasts, à faire passer le message autour de vous et à vous abonner à ce podcast et à la page Facebook.

Merci de votre écoute. Dans le prochain épisode, dès aujourd’hui disponible, nous nous demanderons s’il y a un risque d’idolâtrie associé aux médicaments.

Statistiques

Sources

Episode suivant :